Leone-di-san-marco-venezia-soria-e-significato

​Histoire et signification du Lion de Saint Marc – Venise et Chioggia

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le lion ailé, ou le Lion de Saint Marc, est le symbole de Venise?

Le sens réside dans les mots dans le livre sous la patte du lion: «Pax tibi Marce, evangelista meus, hic requiescat corpus tuum» – «Paix à toi Marc, mon évangéliste, ici puisse ton corps se reposer».

On raconte que pendant le voyage de Marc évangéliste d’Aquileia à Rome un ange apparut quand il était dans la Lagune vénète et prononça ces mots.

Saint Marc est devenu en suite en 1094 le symbole et le patron de la ville et ses reliques ont été placées dans la Basilique, que est devenue extrêmement importante, car elle garde un des quatre évangélistes.

Seulement depuis 1260 Saint Marc a été représenté avec son symbole, c’est à dire le lion ailé qui est devenu aussi le symbol choisi par la République de la Sérénissime.

Le lion a pris une signification politique et religieuse: il exprime puissance et majesté, est aussi le symbole de la force de la parole du Saint, élévation spirituelle grâce à ses ailes, savoir grâce au livre sous la patte et justice pour la présence de l’épée.

Le Lion de Saint Marc est représenté en différents positions:

En passant: de profil, avec la patte antérieure droite posée sur le livre.

Rampant: de profil, sur ses pattes arrières.

En moéca: en face, assis et avec les ailes déployées, d’aspect semblable a celui d’un crabe (en dialect vénitien «moléca» est le nom des petits crabes en période de mue).

En gazette: assis, avec les ailes déployées et l’auréole.

Porte-drapeau: rampant, il soutient un drapeau.

Pour ce qui concerne la représentation du lion il y a des curiositées interessantes:

Le livre sous la patte peut être représenté ouvert ou fermé. 

Si le livre est ouvert, cela signifie que pendant cette période-là la ville était en temps de paix, alors que quand le livre est fermé et l’épée est élevée la ville était en temps de guerre (il est représenté de cette façon aussi dans le drapeau de la Sérénissime).

Il y a toutefois une autre interprétation de la signification de la position du livre, qui peut être associée aux représentations des lions présents dans la région de la Vénétie:

Si le lion était représenté avec le livre ouvert cela signifiait que cette ville-là devait payer des impôts à la République de la Sérénissime; si le livre était fermé avec l’épée élevée ou tournée vers le bas la ville ne devait pas payer les impôts pour des mérites relatifs à la guerre ou pour «convenance», c’est à dire pour maintenir des bonnes relations avec elle.

Et à Chioggia?

À Chioggia aussi il y a plusieurs représentations du Lion de Saint Marc, mais la plus connue et aussi la plus discutée est celle placée sur la colonne de Place Vigo, définie «el Gato de Ciòsa» (le chat de Chioggia) pour sa taille réduite.

Il y a au moins 3 versions de l’histoire de la statue du petit lion de Chioggia, une vénitienne, une de Chioggia et une plus impartiale.

La version de Chioggia:

Chaque ville sous la domination de la Sérénissime devait avoir le lion de Saint Marc bien visible. Les habitants de Chioggia, les Chioggiotti, soutiennent que «el Gato de Ciòsa» a été construit exprès si petit pour se moquer de l’autorité vénitienne, que imposait sa souveraineté et par conséquent ses règles.

La légende vénitienne:

On raconte qu’ un jour un chat vénitien, dégôuté des tracasseries des lions ailés de Saint Marc, s’est échappé à Chioggia poursuivi par quatre lions. Le chat est fui et est reussi à monter sur le seul endroit où il pouvait se protéger: la colonne dans la place Vigo. La colonne était en effet si haute et le chapiteau si petit que les lions ne sont pas reussi à le rattraper malgré les ailes. Les lions se sont  donc assis sur les côtés du pont Vigo, en attendant sa descente. Ils ont tant attendu qu’ ils ont perdu les ailes et ils se sont pétrifiés, comme on peut observer aussi aujourd’hui.

La version impartielle:

On raconte que les Chioggiotti ont commandé la sculpture du lion de Saint Marc à un sculpteur pas très talentueux pour dépenser le moins possible. Une fois terminé le lion, sculpté dans un grand bloc de pierre d’Istrie, les citoyens n’en étaient pas si contents et ont don demandé au sculpteur de l’améliorer. Alors le sculpteur a tenté de remédier à l’erreur en refaisant le travail sur la  même pierre. Mais de cette façon il à reduit la taille du «lion», et même cette œuvre n’avait pas les traits du lion. Il a continué à graver toujours la même pierre aussi longtemps que les Chioggiotti ont préferé de se contenter du petit lion que, pour sa petite taille, ressemblait à un chat plutôt que au lion de Saint Marc.

Share us on: